Trump contre l’intégration des transgenres dans l’armée américaine

Les Etats-Unis a beau être l’une des plus grandes puissances économique et militaires au monde, d’être le pays de la démocratie et de la liberté mais cela n’empêche pas le président actuel, Donald Trump, d’aller à l’encontre de ces principes. Récemment, il a crié haut et fort que les personnes transgenres n’ont pas leur place dans l’armée américaine. Si certains de ses partisans voient dans cette décision d’un bon œil, de nombreux américains ne rejoignent pas cette initiative.

Trump les qualifie de fardeau et de perturbateurs

Mercredi dernier, Trump a fait une déclaration qui n’est pas passé inaperçu aux yeux des américains et du monde entier. Comme à son habitude, le président américain a posté via un tweet que les personnes transgenres sont bannies de l’armée américaine. Dans son post, il stipule que suite à ses entrevues avec les généraux et les experts militaires du pays, lui et son gouvernement ont pris la décision d’interdire tous les transgenres à servir tous les corps militaires américains. Pour lui, l’armée a l’obligation de conquérir des victoires et n’a pas la capacité de supporter le fardeau que représentent les transgenres. Et de continuer que ces genres d’individus perturberont le bien-être de l’armée américaine. C’est un sujet très délicat pour les américains, malgré le fait que peu de soldats sont concernés, que Trump vient couper court.

Une attaque toujours à l’encontre d’Obama

Aux yeux de nombreux observateurs, le terme « continuité de l’Etat » n’a raison d’être pour Trump. En effet, depuis son ascension au pouvoir, il passe son temps à mettre en péril toutes les dispositions prises par son prédécesseur. Après le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris qui était cher à Obama, la révision de l’Obamacare qui ne s’est pas soldé sur un succès, voilà qu’il s’attaque à une initiative que l’ancienne administration a mise en place. Il faut savoir qu’Obama a autorisé l’ouverture de l’armée aux transgenres durant son mandat. D’après le Capitole, environ 10 000 soldats américains sur les 1,3 millions sont visés par cette disposition.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*